Vidéo béta SP, Couleur, 12 minutes, France, 2003.

Buffer Zone – mémoire tampon – est une expression venant du langage informatique voulant désigner une mémoire volatile qui a pour but de permettre l’existence d’un flux continu de données lors d’une transmission d’informations entre deux systèmes. Une fois le transfert terminé, cette zone temporaire disparaît à jamais et tout ce qu’il en reste est réduit en de simples traces dans la mémoire cache du système récepteur.
Inspiré de cette notion informatique, Buffer Zone prend naissance au coeur de cette zone fantôme se situant entre deux lieux géographiquement établis (Calais-Douvre). Plusieurs personnes séjournent clandestinement dans cette zone en attendant de passer de l’autre coté de La Manche. Des tranches de vies se déroulent dans cette zone, des histoires dont les traces ne restent que pour une brève période pour ensuite s’éffacer à jamais, ne laissant rien que des échos lointains dans notre mémoire, ou plutôt dans la mémoire de ceux qui ont été témoins de ce flux humains.
Buffer Zone tentera de rendre hommage à ces vies invisibles, de suivre leurs traces, de redonner l’éclat aux images et aux sons oubliés quelque part entre deux rives, et de traverser du coté humain de la clandestinité.

Samer Najari est né à Moscou en 1976 d’un père syrien et d’une mère libanaise. Il a vécu à Damas en Syrie jusqu’à l’âge de 18 ans où il débute des études en architecture à l’Université de Damas. Il quitte la Syrie en 1994 pour immigrer à Montréal. Depuis son arrivée au Canada, il a obtenu un B.F.A. en réalisation cinématographique de l’Université Concordia à Montréal. En 2001, il est sélectionné pour une résidence de deux ans au Studio National des Arts Contemporains, Le Fresnoy en France où il réalise Buffer Zone, à la fois une oeuvre cinématographique et une installation via Internet.

Sites Internet :
http://www.melito.ca/html/SamerNajariF.htm
http://www.melito.ca/bufferzone07/